la vallée du Salagou avant le lac

lac du Salagou web
SALAGOU (Bassin du). « Petite région naturelle du Nord de l’Hérault, dominée par la rivière de ce nom, et caractérisée par son sol rouge formé par les argiles sableuses du terrain permien. Dans le pays même, on donne le nom de « rulfe » ou « rougier » à ces coteaux ou mamelons dont les lianes sont sillonnés par de nombreuses ravines, et dont les sommets sont en général couronnés, à 400 m. d’alt., par les restes démantelés d’une vaste nappe basaltique pendant de la chaîne de l’Escandolgue.
C’est une vue peu banale que celle du bassin du Salagou quand on voit le paysage en hiver avec son sol rutilant, ses ruisselets aux eaux limoneuses couleur de sang et ses coteaux couronnes de noirs basaltes; ces violents contrastes de couleur font l’originalité du paysage. « La teinte rouge du sol est si intense et rappelle si bien les phénomènes de coloration familiers aux pays volcaniques, que la région est communément considérée comme le produit immédiat dos volcans. Rien de plus inexact que cette croyance, suivant P. de Rouville; les runes sont formés de schistes et de grès, sédiments d’eaux tranquilles ou en faible mouvement, auxquels des sources ferrugineuse ont jadis donné la coloration monochrome rouge du l’or. » Tout serait uniformément rouge, et uniformément mamelonné dans le bassin du Salagou, si la calotte de roches noires basaltiques ne venait introduire dans le paysage, avec des louches sombres, certains traits orographiques spéciaux. Ces sortes de tables basaltiques rocheuses dessinent des bastions aux contours arrêtes, au niveau uniformément rasé (400 m.), sortes de surfaces planes qui sont évidemment les tronçons d’une vaste nappe jadis continue, et aujourd’hui découpée par la dénudalion et le creusement des vallées.
Ces bastions ainsi isolés constituent des piédestaux naturels pour une foule de vieux châteaux ou d’églises anciennes qui couronnent les hauteurs autour de Brénas, de Mérissous, d’Octon et de Celles.
« La constitution géologique du petit pays du Salagou soulève un problème de géographie physique qui n’est pas encore résolu. On a, par le relevé bypsométrique de la base des coulées basaltiques, la preuve qu’à l’époque pliocène la surface supérieure du pays était une pénéplaine légèrement inclinée de l’O.vers l’E. Mais on peut se demander avec juste raison comment il se fait que les dénudations antérieures aient pu décaper pour ainsi dira ce pays de roches si tendres, et le dépouiller de son manteau de roches jurassiques dures, sans avoir pu le creuser et le raviner.
M. Duponchel a eu recours à des hypothèses bizarres sur de prétendues actions glaciaires. La vérité nous semble bien plus simple, et doit probablement être cherchée dans le fait d’un abaissement graduel du Languedoc qui aurait relevé le niveau de la mer (niveau de base) à peu près à la cote 200. » (G. Fabre.)

Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. tome 6, Q-SD, Paul Joanne Adolphe ed, Paris, Hachette 1890-1905

lle_chateau-thumb
Le Château
pradines_avant_immersion-thumb
Pradines avant l’immersion

 

 

pont_immerg_salag-thumb
le pont du Salagou immergé

SALAGOU,riv.quiasasourceaucoldelaMelquière, c »edeBrénas;grossiedescourantsd’eauvenantde Saint-Martin-des-Cornbes,d’Oclon,deLiaussonet deSalasc,ellearroselesterritoiresdeBrénas,Saint-Martin-des-Combes,Octon,Celles,Lacoste,Cler-mont,faitmouvoirdeuxmoulinsàbléàOcton,et, aprèsavoirparcouru18kilomètres,sejetteenfin danslaLergue.—L’étenduedelavalléeduSala-gouestde1myriamètre3kilomètres

DICTIONNAIRE TOPOGRAPHIQUE LEW DU DEPARTEMENT DE L’HERAULT COMPRENANT LES NOMS DELIEUANCIENSETMODERNES RÉDIGÉ SOUSLESAUSPICESDELASOCIÉTÉARCHÉOLOGIQUE DEMONTPELLIER PARM,EUGÈNETHOMAS PRÉSIDENTDECETTESOCIÉTÉ CORRESPONDANTDUMINISTEREDEL’INSTRUCTIONPUBLIQUEPOURLESTRAVAUXHISTORIQUES ARCHIVISTEDUDÉPARTEMENT GEQRGESMARTEL LUNEL PARIS IMPRIMERIEIMPÉRIALE MDCCCLXVp.198

Jean Marie Amelin le perçoit en 1827 : comme un « Pays fort accidenté, pittoresque… Les montagnes sont presque entièrement cultivées, d’une teinte locale rouge-violet… la configuration du pays est piquante et se dessine parfaitement… L’ensemble du pays nous frappe, nous étonne. Les idées s’agrandissent, on ne voit quasi plus les êtres à qui le pays appartient ! »
Pour notre plaisir esthétique nous retiendrons les deux dernières phrases qui
sont toujours d’actualité… dans un paysage transformé.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *